L’AlphaGo Zero, une nouvelle étape vers l’intelligence artificielle autonome

Jusque-là, l’AlphaGo utilisait le résultat de milliers de parties pour proposer son jeu. Désormais, avec l’AlphaGo Zéro, le programme est entièrement autonome, n’ayant plus besoin de se baser sur l’expérience humaine. C’est une véritable révolution et un pas de plus vers une IA réellement intelligente.

Les exploits d’AlphaGo tout simplement effacé

AlphaGo est un programme mis au point par la firme britannique DeepMind en 2014 avec l’objectif de battre les champions du jeu de neurone le plus vieux et le plus célèbre du monde, le jeu de Go. Pour y arriver, le programme s’est penché sur toutes les combinaisons possibles de coup pour destituer les plus grands champions de la discipline. C’était déjà un exploit majeur de voir un programme apprendre de nos erreurs.

Cette fois, il ne s’agit plus d’analyser le jeu de l’être humain mais bien de proposer une réflexion propre à la machine. Les coups ne sont plus ceux déjà proposés lors d’un jeu précédent, il s’agit de coups mûrement réfléchis par l’IA. Au lieu d’apprendre de l’homme, la machine apprend d’elle-même. L’AlphaGo Zéro a réussi à aligner 100 victoires d’affilé contre celui qui a été champion du monde 18 fois dans sa carrière, Lee Se-dol, ce juste avec trois jours d’entrainement. C’est cent fois plus que l’exploit réalisé par son ancêtre l’AlphaGo.

Quelles autres applications espérer ?

L’aboutissement d’une Intelligence Artificielle autonome laisse déjà entrevoir de nombreuses applications pratiques dans la réalité, avec l’objectif d’améliorer la vie humaine. Les développeurs du programme se sont déjà penchés sur le repliement des protéines dans l’espoir de trouver un remède efficace contre des maladies dégénératives telles que l’Alzheimer et le Parkinson. En effet, les compétences de l’AlphaGo Zero peuvent être mises à profit pour analyser le mécanisme responsable du repliement des protéines que la science n’a pas encore réussi à expliquer jusqu’ici.

Pour le moment, DeepMind se concentre sur l’amélioration de son programme afin que celui-ci soit de moins en moins gourmand énergétiquement. L’objectif final est évidemment un programme entièrement autonome, capable de réfléchir et de se subvenir à lui-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *